Numéro 9 - 12 septembre 1996 - Buzz Hargrove concaincu qu'une gréve ne pourra être évitée


Numéro 9 - 12 septembre 1996 - Buzz Hargrove concaincu qu'une gréve ne pourra être évitée




Suite à la présentation au syndicat de l'offre économique initiale de Chrysler jeudi matin, Buzz Hargrove, président des TCA, est «plus convaincu que jamais» qu'une grève ne pourra être évitée.

«Cette offre ne satisfait pas les demandes syndicales sur les salaires, le temps de congé, la rationalisation, la sous-traitance et les questions législatives. J'ai bien peur que la compagnie ne nous ait pas pris au sérieux sur la question de la réduction du temps de travail.»

Buzz Hargrove a déclaré que la compagnie a totalement ignoré la position ferme du syndicat en matière de soins de santé. Sa proposition contient des frais d'utilisation, une participation aux coûts et la réduction des indemnités dans de nombreux domaines.

«Nous ne permettrons pas que Chrysler Canada se charge de transférer à nos membres et à leurs familles l'augmentation des coûts des soins de santé que l'on doit à Harris et à Chrétien.»
La proposition de Chrysler ne tient aucun compte des problèmes particuliers aux corps de métiers, des incitatifs à la retraite anticipée et d'autres améliorations aux avantages proposées par le syndicat. D'autres problèmes sérieux concernant les employés de bureau et les gardiens de sécurité sont également en suspens.

Selon Buzz Hargrove, la proposition patronale visant un nouveau taux de salaire à l'embauche fait qu'il prendra plus de temps aux nouveaux employés pour atteindre le salaire normal. Abaisser le taux de départ est inacceptable, dit-il.

«Chrysler a changé sa position sur la durée de la convention : elle propose maintenant trois ans. La proposition patronale reconnaît également l'ancien principe d'intégration des augmentations de salaire au taux de base à chaque année de la convention.»

En ce qui concerne la sous-traitance, la proposition patronale ne reconnaît pas le principe syndical de «droit exclusif au travail», malgré que le syndicat ait mis sur la table, mercredi en fin de journée, une proposition détaillée sur la sous-traitance.

«Étant donné que nous fabriquons des produits de qualité, d'une façon productive, rentable et à un coût raisonnablement bas, nous avons droit à la sécurité d'emploi», a déclaré Buzz Hargrove.

«Par le passé, les entreprises disaient toujours que si nous répondions à ce critère, nos emplois seraient assurés. Aujourd'hui, au cours des années 1990, les entreprises vendent ces mêmes emplois au plus bas soumissionnaire. Ils changent les règles du jeu, et nous devons réagir.
Nous ne pouvons laisser Chrysler vendre unilatéralement nos emplois au plus bas soumissionnaire.»

La proposition sur la sous-traitance présentée par le syndicat laisse à l'entreprise la flexibilité qu'il lui faut pour s'adapter au marché et aux changements technologiques, selon M. Hargrove. «Toutes les parties intéressées, y compris nos membres, leurs familles et la collectivité, ont droit à leur juste part des succès de la compagnie – pas seulement les dirigeants exécutifs et les actionnaires.»

DÉLAI DE GRÈVE : 17 SEPTEMBRE À 23 H 59


Print Print  Send to a friend Send to a friend  Feedback Feedback