Numéro 7 - 9 septembre 1996 - «Nous devons explorer en détail», dit Buzz Hargrove à Chrysler


Numéro 7 - 9 septembre 1996 - «Nous devons explorer en détail», dit Buzz Hargrove à Chrysler




Buzz Hargrove, président des TCA, et Ken Lewenza, président du comité central de négociation, ont été interviewés après la réunion des comités centraux de la compagnie et du syndicat de lundi matin.

Q. À la fin de la semaine dernière, Buzz Hargrove a dit que ce serait une fin de semaine chargée car les questions à l'étude sont complexes. Que s'est-il produit à votre avis pendant la fin de semaine?

Ken Lewenza : Je ne pourrai jamais trop insister sur la complexité des questions qui concernent la sous-traitance, la rationalisation, la réduction du temps de travail, et les protections à inclure dans la convention sur les heures de travail et la santé-sécurité alors que le gouvernement Harris décortique les lois. Nous avons passé de nombreuses heures en fin de semaine à essayer d'établir un cadre de travail concernant le principe du droit exclusif au travail afin de régler la question de la sous-traitance.

Ce matin encore, nous avons insisté auprès de la compagnie sur le fait qu'il faut explorer ces questions en détail. La réduction du temps de travail représente une partie de la solution visant à réduire le stress et la fatigue éprouvés par nos membres, et nous devons l'obtenir pour en arriver à un règlement. Ajoutons à cela le fait que le gouvernement, selon toute vraisemblance, se désengage de la santé-sécurité dans les lieux de travail. On a connu une fin de semaine occupée.

Q. Êtes-vous optimiste quant à la possibilité de régler sans recourir à la grève?

Ken Lewenza : Il reste de moins en moins de temps avant le délai du 17 septembre (à 23 h 59), et bien que nous avons tenu des discussions approfondies et testé certaines options, nous ne sommes pas plus près des solutions. Le fait que Chrysler ait décidé de proposer la participation aux bénéfices me fait douter qu'elle soit intéressée à régler sans grève. Donc, je ne suis pas optimisme sur le fait que nous puissions obtenir ce que nous voulons sans grève.

Q. La compagnie a proposé la «participation aux bénéfices». Qu'en est-il?

Buzz Hargrove : Au Canada, nous avons toujours prôné que les travailleurs doivent avoir l'assurance de connaître le montant de leur chèque de paye chaque semaine. Nous voulons des augmentations de salaire intégrées aux taux de base à chaque année de la convention. Aux États-Unis, les travailleurs ont fait un choix différent au début des années 1970 et ont accepté la participation aux bénéfices, et il existe des disparités énormes entre les salaires des travailleurs de GM, de Ford et de Chrysler.

Quand les travailleurs de chacune des compagnies effectuent de longues heures de travail ardu, ils doivent recevoir le même salaire pour le même travail. Nous ne laisserons pas les compagnies se faire concurrence aux dépens des travailleurs. Au Canada, les constatations démontrent qu'en négociant constamment des augmentations de salaire, nous avons réussi à obtenir un meilleur salaire pour les travailleurs d'ici, et ce, sans que les compagnies en souffrent.


Print Print  Send to a friend Send to a friend  Feedback Feedback