Numéro 6 - 6 septembre 1996 - Un Long Chemin Reste à Parcourier d'ici le 17 Septembre


Numéro 6 - 6 septembre 1996 - Un Long Chemin Reste à Parcourier d'ici le 17 Septembre




«Je suis plutôt encouragé par la volonté qu'a la compagnie de discuter sérieuse-ment si vite», selon le président dex TCA, Buzz Hargrove.

Buzz Hargrove a été interviewé à sa sortie d'une réunion du comité central de négociation des TCA et de la compagnie.

Q. Voici que s'achève la première semaine de négociation depuis que vous avez choisi Chrysler comme cible. Que se passe-t-il?

Buzz Hargrove : Le comité d'examen de haut niveau – Jim O'Neil, Ken Lewenza, moi-même et d'autres – a rencontré à plusieurs reprises au cours des derniers jours le négociateur en chef de Chrysler, Ken Francese, ainsi que son comité de haut niveau afin de discuter de questions délicates, notamment l'octroi du travail de bureau et d'usine à des sous-traitants de l'extérieur qui font le travail des corps de métiers et de fabrication dans nos usines, ainsi que la réduction du temps de travail et l'impact de la rationalisation. Je ne m'attends pas à un règlement rapide : ces questions sont extrêmement complexes. Presque tous les secteurs de production sont touchés, et ces questions plongent directement au coeur de droits de gérance qui existent depuis longtemps.

Je suis plutôt encouragé par la volonté qu'a la compagnie de discuter sérieusement si vite; ils s'aperçoivent que le syndicat a la ferme l'intention de trouver une solution et ils doivent travailler avec nous s'ils veulent éviter la grève.

Q. Les discussions, c'est un bon début; mais il reste moins de 14 jours avant l'échéance du 17 septembre. À ce stade-ci, croyez-vous pouvoir éviter la grève?

Buzz Hargrove : À ce stade-ci, je ne suis pas optimiste sur le fait de pouvoir régler sans grève. Souvenez-vous qu'il y a beaucoup d'enjeux, économiques et autres. Les questions de la sous-traitance et du temps de travail sont extrêmement délicates. Une douzaine de sous-comités environ travaillent entre 10 et 12 heures par jour pour tenter de régler les questions de santé-sécurité, d'avantages, de conditions de travail, d'heures de travail, ainsi que pour régler les griefs en suspens, entre autres. Ajoutons à cela que chaque lieu de travail a ses problèmes particuliers, dont les comités des sections locales s'occupent.

Les membres du comité central de négociation des TCA qui représentent les travailleurs de Chrysler de Windsor, Bramalea, Ajax et Etobicoke se réunissent tôt chaque matin pour évaluer les progrès des négociations au niveau local, central et des sous-comités. Les débats visent à trouver des solutions à des questions épineuses, et nous tentons de régler les questions prioritaires.

À ce moment-ci, je dirais que nous progressons à un rythme plus rapide que d'habitude (on traite certaines des questions les moins litigieuses) et les négociations sur des questions particulière aux sections locales et aux sous-comités se prolongeront en fin de semaine et au début de la semaine prochaine.

Nous commencerons à négocier jour et nuit au cours de la dernière fin de semaine précédant l'échéance.

Q. Les membres se demandent ce qui a été réglé, ou pourquoi ils n'entendent pas parler davantage de ce qui est réglé ou en suspens. Qu'avez-vous à dire là-dessus?

Buzz Hargrove : Nous tenons 13 réunions différentes avec les sous-comités, en plus des comités locaux et du comité central qui tentent de s'entendre sur plus de 1 400 propositions soumises par les dirigeants des sections locales et les membres.
Chaque proposition nécessite des heures de discussion entre les membres syndicaux du comité et avec la compagnie.

Pour la plupart, les points sont réglés et couchés par écrit seulement au cours des 72 dernières heures de négociation.

Il est impossible de faire tous les jours un rapport pour savoir où chaque proposition est rendue.

En tant que président, ce que j'essaie de faire par le biais des médias, c'est de donner un aperçu à nos membres, afin qu'ils sachent quels progrès sont accomplis et s'ils sont significatifs. J'essaie de donner un aperçu de ce que Jim O'Neil, Ken Lewenza, les représentants, le comité de négociation et moi-même éprouvons en ce qui concerne les chances d'en arriver un règlement sans recourir à la grève. J'incite par conséquent nos membres à lire les journaux et à suivre les reportages télévisés.


Print Print  Send to a friend Send to a friend  Feedback Feedback