Numéro 24 - 4 novembre 1996 - Une Première Offre Économique Déposée Lundi


Numéro 24 - 4 novembre 1996 - Une Première Offre Économique Déposée Lundi




«Personne ne doit sous-estimer la dureté de Ford dans le cadre des négociations, a déclaré le président des TCA, Buzz Hargrove. Certains analystes indiquent que ce sera facile et que Ford suivra tout simplement le modèle.»

Bob Such, président du Comité central de négociation de Ford, a ajouté : «Cela pourrait finir par une grève. Nous avons remis à la compagnie l'ensemble de nos demandes basées sur le modèle, ainsi que celles portant sur des questions particulières à Ford. Nous attendons toujours que la compagnie réponde à une foule de demandes.»

Tous les comités (le comité économique de haut niveau, les sous-comités sur les avantages, sur les conditions de travail et sur la santé-sécurité, et les comités locaux) se sont réunis, mais rapportent peu de progrès.

D'après les rapports des comités, il est évident que Ford a adopté une ligne particulièrement dure au niveau des comités locaux, de santé-sécurité et des métiers spécialisés. Au niveau d'autres comités, la compagnie n'a même pas répondu aux demandes syndicales.
«Ford a renvoyé à plusieurs reprises des équipes entières à la maison après qu'un travailleur, se sentant en danger, ait exercé son droit légal de refus, selon M. Such. L'intention de Ford semble être de pénaliser toute sa main-d'oeuvre pour l'exercice d'un droit légal. Il n'en coûterait qu'une fraction de ce que cela coûte en production perdue de régler le problème de sécurité, mais la compagnie ne fait pas preuve de bon sens.»

Les statistiques de 1995 du ministère du Travail de l'Ontario pourtant sur l'exercice du droit de refus illustrent qu'au cours de l'année, 19 refus ont été exercés chez Ford, 12 chez Chrysler et 32 chez General Motors. Dans les rapports du Ministère, il est clair que ces refus ne sont pas basés sur des raisons frivoles, contrairement à ce que Ford prétend.

«Chrysler et GM ne renvoient pas d'équipes entières à la maison sans salaire – et Ford doit cesser cette pratique.»

En conclusion, M. Such a ajouté : «La programmation par ancienneté des semaines de COP et la nécessité d'embaucher davantage de gens de métiers et d'apprentis constituent également pour nos membres des enjeux importants.»


Print Print  Send to a friend Send to a friend  Feedback Feedback