Numéro 11 - 23 septembre 1996 - La Cible Suivante : General Motors


Numéro 11 - 23 septembre 1996 - La Cible Suivante : General Motors




DÉLAI DE GRÈVE MERCREDI, LE 2 OCTOBRE, À 23 H 59

Le président des TCA, Buzz Hargrove, a annoncé en conférence de presse lundi matin que General Motors a été choisie comme étant la cible suivante. Le délai de grève a été fixé au mercredi 2 octobre à 23 h 59.

«Par l'entente intervenue avec Chrysler, nous avons instauré une nouvelle norme morale quant à la façon dont les entreprises doivent se conduire alors que nous entrons dans le 21e siècle, a déclaré Buzz Hargrove. Dans la convention conclue avec Chrysler, nous avons établi un modèle selon lequel l'avidité ne pourra pas être le facteur décisif en fonction duquel les décisions relatives à la sous-traitance seront prises.»

Chrysler, le moins important des Trois Grands de la fabrication automobile, a réalisé des profits de 89 millions $ et «a convenu que l'entreprise pouvait prospérer et se développer dans le cadre la convention grâce à l'engagement renouvelé de nos membres à continuer de fabriquer des produits de qualité d'une façon productive.»

«General Motors a réalisé des profits de 1,39 milliard $ l'an dernier – le plus grand profit jamais réalisé par quelque entreprise canadienne que ce soit. Nos membres ont grandement contribué à ces profits.
Au cours d'une même année, les exploitations canadiennes de GM ont généré 42 pour cent des profits de la compagnie en Amérique du Nord.»

«GM n'a pas le choix d'accepter le modèle de 1996», a déclaré M. Hargrove, ajoutant qu'en 1993, malgré la complexité des problèmes, une entente a été conclue avec les trois compagnies sans qu'on doive recourir à la grève.

«À la table de négociation, nous chercherons à établir un règlement modèle et à trouver des solutions aux autres problèmes principaux, mais nous sommes prêts à mener une bataille s'il faut en arriver là pour satisfaire les besoins des travailleurs de GM, de leurs familles et des collectivités où ils vivent.»

Selon Buzz Hargrove, le syndicat est déterminé à «renverser les menaces relatives à la sous-traitance, à la vente ou à la fermeture» que General Motors fait planer au-dessus des travailleurs et de leurs collectivités. Plus de 5 500 emplois sont en jeu à Oshawa, St. Catharines et Windsor. GM prévoit vendre ou fermer l'usine de fabrication d'Oshawa et l'usine de garnitures de Windsor, et abandonner graduellement l'usine d'essieux de St. Catharines. En outre, GM a annoncé l'hiver dernier qu'elle prévoit offrir en sous-traitance le travail de 508 employés des installations d'assemblage d'automobiles d'Oshawa.
Les négociations sont compliquées par les nombreux problèmes au niveau des usines, qui rendent les négociations locales laborieuses. Selon M. Hargrove, plus de 3 000 griefs ont été déposés à Oshawa uniquement – selon les estimations, ce nombre dépasse l'ensemble des griefs dans l'ensemble du syndicat à travers le pays.

Ce qui est particulièrement contrariant, c'est que GM viole continuellement l'entente sur les heures de travail qu'on était parvenus à conclure après maintes négociations au printemps 1993. Selon Buzz Hargrove, ce problème sera particulièrement pénible dans le cadre de la présente série de négociations, car GM a exercé des pressions auprès du gouvernement de l'Ontario afin que les entreprises puissent exiger que les employés effectuent plus de huit heures par jour et 48 heures par semaine.

«Nous ne quitterons pas la table sans régler la question du temps supplémentaire, a affirmé M. Hargrove. Nous avons intégré à la convention modèle conclue avec Chrysler les dispositions législatives sur les normes d'emploi et de santé-sécurité existant avant le règne du gouvernement Harris. Nous ferons de même chez GM.»

Selon Buzz Hargrove, la stratégie du comité central de négociation des TCA chez GM sera de recourir à une grève rotative plutôt que de déclencher une grève générale de tous les membres canadiens de GM dès le mercredi à 23 h 59.

Les négociations ont démarré aujourd'hui par une réunion des comités de négociation des TCA et de GM qui a débuté à midi, dans la salle Manitoba de l'hôtel Royal York à Toronto.

Les TCA représentent 28 510 travailleurs chez GM, dont 3 470 sont actuellement en mise à pied. La dernière grève chez General Motors remonte à 1984; elle a duré 14 jours, les TCA refusant d'accepter des sommes forfaitaires en remplacement des augmentations de salaire intégrées au taux de base.

DÉLAI DE GRÈVE MERCREDI, LE 2 OCTOBRE, À 23 H 59



Print Print  Send to a friend Send to a friend  Feedback Feedback